Hallux rigidus et sports : lesquels favorisent cette pathologie

par | 6 décembre 2023

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : Hallux rigidus

L’arthrose du gros orteil, ou hallux rigidus, se présente comme une pathologie chronique évoluant sur des mois voire des années, conséquence souvent d’activités sportives trop intensives. Face à un hallux rigidus, découvrez les sports interdits pouvant favoriser cette chondropathie et, inversement, les sports encore autorisés.

 

Hallux rigidus et sport : quelles sont les causes favorisantes ?

 

Le hallux rigidus, littéralement le gros orteil rigide, traduit l’un des signes majeurs de cette arthrose du gros orteil, une raideur articulaire, souvent accompagnée de douleurs et de déformations du pied.

L’arthrose est une pathologie dégénérative aboutissant à la destruction progressive du cartilage articulaire, dont les causes sont multiples et rarement uniques. Meilleur rhumatologue comme meilleur chirurgien du pied et de la cheville s’accordent désormais pour reconnaître le rôle essentiel des micro-traumatismes répétés dans la pathogénie et le développement du processus arthrosique. C’est ce qui explique la fréquence du hallux rigidus retrouvée chez certains sportifs, en particulier si d’autres facteurs viennent aggraver les micro-traumatismes : surcharge pondérale ou musculaire, déviation des membres, port de mauvaises chaussures amortissant mal les chocs, pratique sportive inappropriée avec de mauvais gestes techniques…

 

Hallux rigidus et exercices pouvant l’augmenter comme la course à pied

 

C’est pourquoi tous les sports de contact avec le sol peuvent avoir une action délétère sur le hallux rigidus, en particulier si l’appui porte sur un avant-pied ou un gros orteil devant absorber des chocs réguliers, cette énergie mécanique pouvant à terme fragiliser le cartilage.

Des sports comme la course à pied, le tennis, le foot, la gymnastique sont ainsi réputés pour avoir une action délétère sur l’articulation métatarso-phalangienne. En course, le pic de propulsion, désignant la relance vers l’avant du pas suivant, peut atteindre 2,5 à 3 fois le poids initial du corps, l’ensemble se reportant alors brusquement sur l’avant-pied.

Pour savoir si une activité sportive est susceptible d’aggraver un hallux rigidus, il faut donc apprécier les contraintes mécaniques s’exerçant sur l’avant pied et le gros orteil :

  • Soit à travers des chocs brusques et de courte intensité, type impact au sol (saut, déroulé du pied…) ou enchaînements de type accélération freinage (athlétisme, sports collectifs…) ;
  • Soit à travers des appuis prolongés sur la pointe du pied, comme en danse ou en gymnastique.

 

Quel sport autorisé pour ne pas aggraver un hallux rigidus ?

 

Faire du sport avec un hallux rigidus reste heureusement possible avec des exercices adaptés, que ce soit avant ou après une opération du gros orteil, dès le stade même de la rééducation.

Si le sport générateur d’impacts reste généralement proscrit sur un hallux rigidus, il faut en revanche privilégier des sports plus doux pour l’articulation de l’avant pied :

  • Soit sans appui sur le pied, comme la natation ou l’aviron
  • Soit sans appui en force majeur, comme le vélo.

Ces sports ont d’ailleurs un rôle bénéfique, car ils permettent de renforcer le pied et les muscles de la chaîne postérieure, favorisant une meilleure répartition des forces et une absorption des chocs mécaniques de meilleure qualité.

Dans tous les cas, le patient souhaitant poursuivre une activité sportive avec un hallux rigidus doit systématiquement demander conseil à un chirurgien du pied et de la cheville, ou un kiné, au risque sinon de favoriser le développement de nouvelles lésions sources de douleurs au pied. Le choix d’un bon matériel et de bonnes semelles de chaussures amortissantes reste aussi une condition sine qua non à la pratique du sport, sans danger pour le pied.

Dernières actualités du Dr Baudrier

Ligament de cheville déchiré : quels sont les symptômes

Ligament de cheville déchiré : quels sont les symptômes

Le ligament de cheville déchiré s’avère une pathologie fréquente, puisqu’on estime le nombre d’entorses de la cheville à plus de 6000 cas quotidiens ! C’est pourquoi toute douleur de la cheville après un traumatisme doit amener le patient à savoir si le ligament de sa...

lire plus
Comment dormir après une opération de l’hallux valgus

Comment dormir après une opération de l’hallux valgus

La déviation du gros orteil avec formation d’un oignon, appelée aussi hallux valgus, s’avère une pathologie si fréquente qu’on estime à environ 70 000 le nombre d’opérations annuelles. C’est pourquoi la question de savoir comment dormir après une opération du hallux...

lire plus
Cheville instable et douloureuse : que faire et qui consulter

Cheville instable et douloureuse : que faire et qui consulter

Le patient atteint d’une cheville instable et douloureuse se demande souvent que faire et qui consulter, d’autant que sa qualité de vie au quotidien peut être fortement altérée. Découvrez ce que doit faire tout bon professionnel du pied et de la cheville pour prendre...

lire plus
Ligament distendu de cheville, que faire

Ligament distendu de cheville, que faire

La cheville, articulation entre la partie basse du tibia et du péroné et la partie haute de l’astragale au-dessus du talon, joue un rôle majeur dans la posture et dans le déplacement. C’est pourquoi tout ligament distendu, responsable d’un début d’instabilité de la...

lire plus
Hallux valgus : existe-t-il un traitement sans chirurgie

Hallux valgus : existe-t-il un traitement sans chirurgie

La fréquence du hallux valgus fait que beaucoup de patients se retrouvent confrontés à un choix thérapeutique. Traitement de pharmacie ou traitement kiné du hallux valgus peuvent-ils empêcher une opération, et si oui, à quelles conditions ?   Quelles sont les...

lire plus